Quant au vieillard, il est encore plus difficile de le définir de façon nutritionnelle que l’adulte ou l’adolescent car si la croissance est parfois fantasque, la sénescence l’est encore plus.

Il est de tradition populaire de dire qu’il y a des gens qui ne veilllissent pas et d’autres qui sont vieux avant l’âge.

Il y a de grands veillards qui mangent comme des ogres et d’autres comme des oiseaux.

Il y a de grands vieillards qui deviennent secs et osseux sans un gramme de graisse excédentaire et d’autres qui conservent leur graisse jusqu’à la mort.

Il en est qui restent actifs voire sportifs jusque passé 80 ans et d’autres qui n’ont plus aucune activité physique et sont semi grabataire à partir de 60 ans.

Il est donc tout à fait illusoire d’imaginer un régime type du vieillard.

L’important, comme pour l’adolescent, sera de veiller à ce que la ration protidique reste normale.

En effet, le veillard a parfois tendance à ne plus consommer que des féculents du pain des pates, des sucres et sucreries gateaux… et de délaisser les viandes, le poisson type thon, les œufs et le fromage.